Quel est le meilleur – lire sur écran ou sur papier ?

0
Rate this post

Le défi est d’utiliser chaque médium pour la lecture qui lui convient le mieux, souligne Anne Mangen, professeure au Centre de lecture de l’Université de Stavanger.

Pour des textes plus courts et plus simples, peu importe que l’on lise sur papier ou sur écran. Mais le papier s’avère meilleur que l’écran lorsque nous lisons pour approfondir notre compréhension et nous souvenir de ce que nous lisons.

La lecture longue, par exemple de fiction, ou de textes riches en informations, est donc souvent plus difficile à l’écran.

– Quand on sait aussi que c’est surtout cette lecture qui favorise les compétences en lecture, il est dommage que de plus en plus de lecture à l’école se passe sur écran, dit Mangen.

Avantages de la lecture d’écran

En même temps, la lecture d’écran peut être une bonne porte d’entrée vers la lecture, car elle peut sembler plus simple et plus abordable.

– Pour certains enfants et jeunes, le défi est de les amener à lire. Alors la lecture d’écran peut être une porte d’entrée à la lecture, suggère le professeur.

Les textes numériques offrent également de très bonnes possibilités d’adaptation aux préférences et aux besoins individuels.

Par exemple, pour de nombreux lecteurs, il peut être avantageux de pouvoir agrandir le texte, changer la police, ajouter plus d’air entre les lignes et les raccourcir afin qu’il y ait moins de mots sur chaque ligne.

– Les textes numériques peuvent avoir un effet positif sur la compréhension et la motivation lorsqu’ils sont conçus en pensant au lecteur, déclare Mangen.

Déclaration sur l’avenir de la lecture

Beaucoup ont mené un projet de recherche européen de quatre ans sur la façon dont la numérisation affecte notre façon de lire.

Plus de 200 chercheurs en psychologie, neurosciences, sciences de la lecture, histoire du livre, études littéraires et médiatiques y ont participé. Les conclusions et recommandations des chercheurs sont rassemblées dans un résumé appelé la Déclaration de Stavanger sur l’avenir de la lecture.

Le groupe cible est composé de chercheurs en lecture, d’éducateurs, d’enseignants, d’autorités éducatives et d’employés d’éditeurs et de bibliothèques.

Les résultats ont étonné les chercheurs

Les chercheurs ont été étonnés lorsqu’ils ont découvert que les effets négatifs de la lecture sur écran augmentaient avec le temps, quels que soient les groupes d’âge et l’expérience antérieure avec les médias et les technologies numériques.

– Cette constatation est en contradiction directe avec les hypothèses sur les soi-disant natifs numériques. On aurait pu s’attendre à des résultats différents pour les jeunes que pour ceux qui ont grandi avec le livre papier comme principal support de lecture, explique Anne Mangen.