Contextart fete ses 10 ans

0
Rate this post

Pendant la pandémie, nous avons tous mieux soigné notre apparence.

Nous avons mis en place la routine beauté sans toujours déléguer à d’autres le soin de nous faire sentir plus belles. Seul le coiffeur est resté un point fixe, une figure presque réconfortante même dans la zone rouge.

Ces derniers mois, la philosophie répandue du bien-être qui invite à se sentir bien dans sa peau, à se regarder en soi et à retrouver sa dimension la plus intime a été pour certains thérapeutique, pour d’autres en revanche, elle a provoqué une augmentation constante de l’insatisfaction.

Avec sa propre apparence physique, ce qui a entraîné un boom des demandes de retouches esthétiques, qui aux États-Unis ont pris le nom de Zoom boom.

“Lorsque l’insatisfaction est constante, le trouble psychologique peut devenir très grave. On se détache de la réalité et on ne peut pas distinguer une image retouchée d’une vraie. L’esprit ne reconnaît plus une photo retouchée, mais est convaincu que les autres sont vraiment comme ça et que l’aide des filtres n’est valable que pour nous”.

Cate Blanchett, Anya Taylor-Joy, Mark Ruffalo, Kerry Washington, Ethan Hawke, Hugh Grant, Michaela Coel et Bill Camp prennent la parole lors des SAG Awards 2021
Cate Blanchett, Anya Taylor-Joy, Mark Ruffalo, Kerry Washington, Ethan Hawke, Hugh Grant, Michaela Coel et Bill Camp prennent la parole lors des SAG Awards 2021.

LA RETOUCHE ESTHÉTIQUE : LE POINT D’ÉQUILIBRE

“Il y a une ‘retouche saine’ et elle se produit lorsqu’elle s’inscrit dans un cercle vertueux de croissance personnelle, de stimulation motivationnelle au bien-être psychophysique pour lequel on mange sainement, on vit sainement, on prend soin de soi dans l’âme”.

Le sens de la mesure est très subtil

« Comprendre les désirs d’un patient grâce à des conseils professionnels est essentiel pour entrer dans son esprit et comprendre si la retouche peut vraiment représenter un aspect gratifiant et source de bonheur, ou si elle risque d’aggraver le malaise en amenant le patient à se concentrer. sur un autre point du corps immédiatement après “.

La médecine et la chirurgie esthétique soutiennent notre désir d’auto-représentation au sein d’un système de beauté heureusement de plus en plus diversifié, composé de nombreuses sensations et représentations différentes, toutes valables, chacune à sa manière.

Le sens de la mesure est très subtil Si nous devions expliquer à un enfant ce qu’est exactement la beauté, comment pourrions-nous la définir en termes simples ? Que signifie « beau » et comment pourrions-nous décrire la sensation de beauté (ou son absence) ?

Le mot “beauté” vient du latin “bellus”, un terme pour indiquer ce qui paraît gracieux, aimable, agréable mais, en même temps, aussi ce qui est sain, bon (“bonus”), reliant l’aspect concret de la perception ( la beauté qui apparaît, la grâce à observer) à celle, plus spirituelle, du bien qui est bon non seulement pour les sens mais aussi pour l’âme, pour les émotions, grâce à l’harmonie qu’il dégage.

D’autre part, même si la beauté et l’esthétique se réfèrent, depuis l’époque de la philosophie antique, à ce qui peut être perçu et à l’aspect corporel et sensible (le mot « esthétique » dérive précisément du grec αἴσθησις, « sensation »), la La perception même de ce qui paraît beau implique nécessairement aussi le jugement de la beauté, donc l’aspect intellectuel, la pensée, et bien sûr l’émotion qui surgit et qui permet la reconnaissance de la beauté.