Avril en auteur 2016

0
Rate this post

Régimes, ajustements, massages. Nous serions prêts à tout pour améliorer notre beauté, ou peut-être pour être plus beaux de Raffaele Nespoli

Régimes, ajustements, massages. Nous serions prêts à tout pour améliorer notre beauté, ou peut-être pour être plus beaux. Ensuite, en y réfléchissant, il y aurait beaucoup à discuter sur le concept de beauté.

Qui décide de ce qui est beau et de ce qui ne l’est pas, et quelle est la distinction entre le charme et la beauté ?

Sans prétendre à l’exhaustivité sur un sujet sans limite, ni à dévoiler des vérités absolues, nous avons essayé d’en parler avec quelques “experts en la matière”. Des spécialistes qui pour une raison ou une autre doivent composer avec la beauté au quotidien, ou avec la perception que l’on a de sa propre beauté.

La première à nous guider dans ce qui se présente immédiatement comme un parcours du combattant est la professeure Lucia Donsì, psychologue du développement. C’est elle qui nous fait réfléchir sur un aspect souvent sous-estimé, surtout lorsque la recherche de la beauté confine à de véritables comportements pathologiques.

«Il y a – dit le professeur – une composante objective et une composante subjective, et ce sont les deux faces d’une même médaille. Ni l’un ni l’autre ne peut être éliminé; pour cette raison, nous ne pouvons pas compter uniquement sur la beauté physique ».

Il faut dire aussi que la beauté évolue dans le temps selon des canons culturels partagés : une personne considérée comme « belle » aujourd’hui pourrait être considérée comme « anonyme » demain. Mais que forme en nous le canon de la beauté ? «En partie – explique Lucia Donsì – le« code de beauté »est déterminé par la correspondance des images stockées dans notre cerveau pendant la petite enfance.

Lorsque nous trouvons des traits familiers chez une personne, elle nous semble belle.

Et c’est sans aucun doute une composante subjective. Cependant, il est tout aussi intéressant de comprendre comment nous percevons nous-mêmes notre image. La perception que nous avons de nous-mêmes influence en effet nos relations sociales, et d’une certaine manière on peut dire que cet aspect nous rend plus ou moins beaux aux yeux des autres ».

D’où vient une perception positive de soi ?

  1. Lorsque nous trouvons des traits familiers chez une personne, elle nous semble belle.«Dans ce cas, la composante personnelle est déterminée: ceux qui ont toujours été aimés et acceptés pourront projeter une bonne image d’eux-mêmes au fil des ans.
  2. Dans ces cas, il y a en effet une perception agréable de sa personne. Mais attention, je ne veux certainement pas dire par là que l’excès de sécurité, ou peut-être la superficialité, est positif.
  3. Je parle plutôt d’une harmonie intérieure.

Et puis, comme mentionné, il y a l’aspect relationnel”. Cela nous amène également à une nouvelle question : pourquoi une personne qui sourit, une personne qui aime être avec les autres, transmet-elle du charme ? « Nous pouvons l’expliquer principalement en termes de relation entre les gens. S’il y a cette ouverture, en fait, il est plus facile pour un sentiment de se développer.