Numerisation de la presse ancienne

0
Rate this post

Dans une telle situation, les relations les plus courantes peuvent être énumérées :

Relations dans lesquelles l’une ou les deux parties ne veulent pas ou ne peuvent pas avoir de relations sexuelles en raison d’un déficit, par exemple, d’impuissance ou d’une autre maladie. Un tel mariage est basé sur l’amitié, l’amour et les soins.

Relations où l’une des parties est asexuée, c’est-à-dire n’a pas de besoin sexuel. L’autre partie le sait avant le mariage et décide consciemment d’entrer dans une telle relation. Elle ne satisfait pas du tout ses besoins sexuels, ou avec le consentement de son partenaire, elle les satisfait en dehors de la relation.

Bien sûr, il arrive parfois qu’une personne qui entre consciemment dans un tel système espère que, sous l’influence de la relation, le partenaire changera, rompra, le convaincra d’avoir des relations sexuelles.

Un autre exemple peut être celui des couples qui décident de ne pas avoir de relations sexuelles entre eux et cela est conditionné par la croyance de la religion.

C’est le cas, par exemple, lorsque les deux partenaires sont très religieux et que l’un ou les deux sont célibataires, divorcés et en même temps sentent qu’ils veulent garder les principes de leur foi. Ils n’ont pas de relations sexuelles sans mariage à l’église. Ils pensent qu’ils rompraient la Sainte-Cène.

Ils choisissent une vie de chasteté et n’ont pas de rapports sexuels.

Un autre exemple où un ou deux de ce couple sont des personnes ayant une orientation sexuelle différente et ne veulent pas le divulguer publiquement, mais le savent. Une telle relation peut être basée sur l’amitié et l’affection pour l’autre personne, ou – si une seule personne est hétérosexuelle – sur l’illusion que l’autre personne va changer, guérir et vouloir des enfants et être en couple.

Ils choisissent une vie de chasteté et n'ont pas de rapports sexuels.Les couples qui sont entrés dans un tel système viennent souvent au bureau du psychothérapeute, car l’une des parties espérait que l’implication émotionnelle changerait l’autre personne et que son orientation serait surmontée.

  • Peut-être qu’une fois ils se sont étreints, se sont embrassés, peut-être même ont-ils eu des rapports sexuels. Et il vit dans l’illusion, parce que c’était charmant un moment.
  • Ou peut-être l’inverse : c’est une personne d’orientation homosexuelle qui pensait que sous l’influence de ce partenaire il allait changer d’orientation, « se soigner ».
  • Vous devez parler honnêtement et si nous ne pouvons pas régler le problème nous-mêmes, nous devons demander l’aide d’un thérapeute ou d’un sexologue.

Certaines personnes choisissent consciemment de vivre en triangles. Cependant, très souvent, ces relations se détériorent avec le temps, la jalousie s’installe et les ennuis commencent.