Allemagne. Le plus grand salon du livre du monde ouvre ses portes à Francfort

0
Rate this post

Sous la devise “re:connect”, l’événement se déroulera du 20 au 24 octobre. Cette année, l’invité d’honneur est le Canada. Il y a 2 000 éditeurs de 80 pays pour présenter leurs livres, dans ce qui est considéré comme le plus grand salon du livre au monde. Après une “pause virtuelle” due à la pandémie de covid-19, l’événement vient de démarrer sa 73e édition à Francfort, en Allemagne.

Le salon du livre de Francfort accueillera les professionnels du domaine jusqu’à l’ouverture de ses portes au public ce week-end, mais uniquement ceux qui sont vaccinés, guéris du covid-19 ou testés négatifs.

Le nombre de visiteurs sera limité à 25000 par jour et pendant les quatre jours, 1400 événements sont prévus où plus de 300 auteurs présenteront leurs livres ou débattront de questions de société.

Même ainsi, les chiffres sont faibles par rapport aux 7 450 exposants de 104 pays, qui sont venus à Francfort en 2019, mais la direction du salon dit qu’elle est loin de “tourner le dos à l’entreprise”. “La crise a montré à quel point le livre est fermement ancré dans la société”, a déclaré Karin Schmidt-Friderichs, présidente de l’Association allemande des éditeurs et libraires lors de la cérémonie d’ouverture. “Avec un engagement énorme et beaucoup de créativité, mais surtout avec beaucoup de succès, les librairies ont continué à vendre des livres malgré les portes closes”, a-t-il ajouté.

La Foire du livre de Francfort a choisi le thème : Comment voulons-nous vivre ? Selon le directeur de l’événement, Juergen Boos, “nous nous posons cette question face à la crudification alarmante de nos relations les uns avec les autres. La division apparemment insurmontable de notre société”. Cependant, les livres peuvent construire des ponts.

La Foire du livre de Francfort, plus grand événement éditorial au monde, se tiendra cette année encore en présentiel, après une édition 100% numérique en 2020 en raison de la pandémie. Mais le Brésil ne participera que virtuellement à l’édition 2021, qui se déroule jusqu’à dimanche prochain (24) avec quelques restrictions sanitaires.

La 73e Foire du livre de Francfort a débuté mercredi (20), honorant la littérature canadienne. La fréquentation du public est limitée à 25 000 personnes par jour, soit la moitié des éditions régulières. Le passeport sanitaire est obligatoire pour tous les visiteurs et la participation des éditeurs du monde entier est limitée.

Il y a quelques années, le Brésil était toujours présent à l’événement avec un stand organisé par les éditeurs brésiliens, un partenariat entre la Chambre brésilienne du livre (CBL) et l’Agence brésilienne de promotion du commerce et des investissements (Apex-Brasil). Mais cette année, le pays ne participe pour la deuxième fois que virtuellement.

“Le Brésil a opté pour cette participation virtuelle car il a encore beaucoup de restrictions sur les voyages en Europe, notamment en Allemagne. Nous voulions maintenir la visibilité, malheureusement pas encore en personne, mais nous montrons tout ce que nous avons à offrir », explique Fernanda Dantas, directrice exécutive des éditeurs brésiliens.

Francfort est l’occasion pour les éditeurs du monde entier de se rencontrer, de promouvoir leurs auteurs et leurs livres pour essayer de vendre des droits d’auteur sur le marché international de l’édition. Fernanda Dantas ne croit pas que cette deuxième participation en ligne limitera les affaires.

« La participation virtuelle est différente. Le marché de l’édition est guidé par une relation personnelle de confiance. Cependant, lorsque cela n’est pas possible, le marché s’est très bien adapté au numérique. Pas que ça remplace ou remplace le face-à-face, c’est une alternative”, estime-t-il.

attente positive
L’année dernière, les ventes de droits d’auteur à Francfort ont chuté. Les contrats signés lors de la foire s’élevaient à environ 250 000 dollars américains, un volume cinq fois inférieur à celui des événements en face à face. Le programme brésilien de promotion des exportations de contenus éditoriaux s’attend à une meilleure performance cette année. « Nous avons appris à faire du commerce numérique, à présenter virtuellement notre produit. On s’attend cette année à un meilleur résultat que l’an dernier, notamment parce que les marchés sont un peu plus chauds, mais encore loin des résultats que nous avions l’habitude d’obtenir à la foire », anticipe Fernanda Dantas.

La participation virtuelle du stand brésilien n’inclut aucune rencontre en ligne avec des écrivains brésiliens dans le programme officiel de la foire. Mais les représentants des éditeurs participent aux Masterclass et autres espaces. L’éditeur brésilien Skeelo, par exemple, a présenté une stratégie de distribution de livres numériques par téléphone portable qui, selon le directeur exécutif des éditeurs brésiliens, est « un modèle commercial totalement innovant » qui a suscité un grand intérêt.