Gamification et art littéraire : jouer avec la lecture

0
Rate this post

Ce travail vise à discuter de la stimulation de la lecture littéraire en association avec le concept de gamification. Observant dans les jeux une sorte d’apprentissage agréable et spontané associé à l’expérience de lecture (LARROSA, 2012), nous avons l’intention de discuter du concept de gamification (WERBACH & HUNTER, 2012 ; DETERDING, 2012) comme application des techniques de jeu et de conception de jeux numériques. en dehors du contexte des jeux. Cette notion implique des aspects tels que la motivation, le défi, la rétroaction, les récompenses, en plus de règles et d’objectifs bien définis, qui peuvent représenter une proposition pertinente pour stimuler l’apprentissage et le développement de la lecture comme fruit et comme expérience. L’enjeu sera aussi la reconnaissance d’une nouvelle subjectivité à l’ère de l’informatique ubiquitaire, un nouveau type de lecteur (SANTAELLA, 2013), lié aux mobiles et autres médias numériques.

Biographie de l’auteur

Miguel Rettenmaier, Université de Passo Fundo

Il est titulaire d’une maîtrise en théorie de la littérature (1998), d’un doctorat également en théorie de la littérature (2002), tous deux de la PUCRS et d’un post-doctorat de l’Université de Saint-Jacques-de-Compostelle (2014) en lettres de l’Université de Passo Fundo. Dans le domaine des études littéraires, il est chercheur de l’œuvre de Josué Guimarães, coordonnant la Collection littéraire de l’auteur (ALJOG/UPF), en plus de développer des projets dans la ligne de recherche “Lecture et formation des lecteurs”, en concentrant son travail sur la question de la lecture liée aux langages numériques. Il dirige le Groupe de recherche du CNPq : Lecture et collection littéraire et intègre la coordination des Parcours littéraires de Passo Fundo. Il est chercheur au CNPq (boursier PQ-2).

Joseane Amaral, Institut fédéral de l’éducation, des sciences et de la technologie de Passo Fundo

Professeur sous dédicace exclusive à l’Instituto Federal Sul-rio-grandense, campus Passo Fundo, travaillant dans l’enseignement de l’anglais. Il est membre du Centre Culturel de l’établissement, en cours d’implantation sur le campus. Il a travaillé à NEABI et dans plusieurs projets, tels que la Commission de diffusion et la Commission pour la mise en œuvre du lycée intégré à Técnico. Elle a participé à la coordination de l’I CriArt et a été en charge du projet Musique et citoyenneté entre 2016 et 2018. Diplômée en Lettres – portugais/anglais ; Spécialiste en Linguistique, Langue et Littérature ; Master en Lettres – Etudes Linguistiques. Il prépare actuellement un Doctorat en Lettres (PPGL/UPF), sous la direction du Professeur Dr. Miguel Rettenmaier.

Relation entre art littéraire et réalité
La littérature est une forme artistique de représentation de la réalité. Et la littérature elle-même crée le réel et l’irréel : ce qui est irréel est considéré comme une vérité fictive dans l’œuvre, et même cette vérité fictive est en corrélation avec la réalité du monde. En littérature, pour un lecteur attentif, il est possible de comprendre et d’identifier comment se produit la représentation de la réalité ; par exemple : les adultères dans l’œuvre de Machado représentent (c’est une lecture de) un fait réel de la société de l’époque. Une œuvre littéraire est toujours le fruit de l’imagination de l’auteur, cependant, elle peut représenter des êtres ou des situations qui existent ou non dans la vie réelle.

L’art littéraire est une forme d’expression artistique qui a le mot comme matière première. Le mot est l’artefact du langage et, en littérature, c’est à travers le langage que tout un « monde » est représenté. Les écoles littéraires, par exemple, sont marquées par des caractéristiques et des idées communes, et à travers elles on peut (re)lire la société de l’époque, même si certaines écoles ne cherchaient pas à dépeindre la réalité, elles imprimaient dans leurs textes les valeurs qui étaient pris en compte.

Le réalisme, une école littéraire qui a eu lieu au Brésil entre 1881 et 1922, vient montrer l’art littéraire avec une nouvelle idéologie, pleine de philosophie et d’évolutionnisme. C’est dans le réalisme que nous trouverons la réalité la plus visible, la vie quotidienne la plus valorisée, l’analyse psychologique et l’observation. C’est l’émotion des simples.

Et à la lumière d’Afrânio Coutinho (1978), nous concluons celui-ci :

“La littérature est donc la vie, une partie de la vie, sans admettre qu’il puisse y avoir conflit entre l’une et l’autre. Par les œuvres littéraires, nous entrons en contact avec la vie, dans ses vérités éternelles, communes à tous les hommes et à tous les lieux, parce qu’elles sont des vérités de la même condition humaine”.