Chronique des journées de la honte. . : Du 26 mars 1998 au 1er janvier 1999

Chronique des journées de la honte. . : Du 26 mars 1998 au 1er janvier 1999
Escudié René René Escudié 2015 10-227-1591-1 Copernic 1 vol. (591 p.) ; 24 cm

En mars 1998, Jacques Blanc, minoritaire en sièges, est élu président de la région Languedoc-Roussillon. Avec les voix du front national dont il a accepté 6 points du programme, en particulier le refus de la dictature culturelle de la gauche. Un fort mouvement se dessine alors, régional et national, voire international, pour dénoncer cette collusion entre droite et extrême droite raciste. L'auteur décide d'écrire tous les jours à ce personnage et de lui faxer cette missive au Conseil Régional, à sa mairie de la Canourgue, à son bureau de l'Assemblée Nationale ainsi qu'à son domicile personnel dont le numéro de fax lui a été obligeamment fourni par quelqu'un de son entourage. Ilrépercute aussi ces fax à diverses personnes, en particulier au Mouvement du 20 mars créé par les principaux acteurs culturels de la région, qui elles-mêmes le font suivre à leurs amis et connaissances. Conçus à l'origine comme une arme de combat, l'auteur s'est aperçu à la relecture quelques années plus tard, qu'au delà de l'observation journalière et presque clinique des faits et gestes d'un personnage public, ces feuillets étaient aussi le reflet d'une époque, un témoignage pour l'histoire locale, régionale et nationale, un journal personnel et surtout un grand jeu d'écriture où il se sert aussi bien du théâtre, d'arguments de ballet ou de sonnets classiques, de détournements, pastiches et à la manière de etc. pour tenter de convaincre mon interlocuteur. Il s'est, au fond, beaucoup amusé. Cette correspondance durera jusqu'à fin décembre 1999 quand la mort accidentelle de son fils le contraindra à y mettre fin.