Le Mois du Film Documentaire 2012 en Languedoc-Roussillon

 

Chaque année, le coordination régionale accompagne 5 rencontres départementales sous la forme de rencontres croisées "écrit/ écran", l'occasion de construire des ponts entre des mots et des images, entre des auteurs et des réalisateurs... 

 Retrouvez la programmation régionale 2012

 

Ouverture du Mois du Film Documentaire en région

Cinemed - samedi 3 novembre - 16h
en présence de Eric et Marc Hurtado (réalisateurs) et François Lagarde (Hors-Oeil éditions)

Lectures de Déserts dévorants de Bryon Gysin et autres textes de la Beat Generation

 Jajouka, quelque chose de bon vient vers toi

d'Eric et Marc Hurtado (2012)

En brefs tableaux stylisés, un conte archaïque ouvre le film pour revenir sur la création divine de la musique. Le mythe se prolonge dans un univers aux dimensions sacrées où il est difficile de départager le fantastique légendaire de sa perpétuation actuelle. Où est-on ? Dans le Rif marocain, à Jajouka, village où sont célébrés depuis plus de deux mille ans, en musique et en danse, des rites de fertilité présidés par Bou-Jeloud, « le Père des Peaux», version locale du dieu Pan. (...) Il ne s’agit donc pas de fabriquer une partition destinée à accompagner des images autonomes, mais bien de faire de la musique (de sa stridente nudité, de son dépouillement incantatoire) et de son histoire, la substance même des images, du scénario à sa mise en scène. Leur choix, d’évidence pasolinien : ressusciter l’archaïsme en lui restant fidèle, dans le traitement des décors, des lumières, du jeu, des costumes. La beauté ici tient à ce frottement rugueux entre le mutisme des personnages et leurs élans effrénés en direction d’une autre voix possible. (Jean-Pierre Rehm)
 

Les rencontres de la coordination régionale

Aude - Capendu

Le Chai- Espace culturel - mardi 6 novembre - 18h30

en présence de Patrick Cazals (réalisateur) et de René Depestre (auteur)

René Depestre, chronique d’un animal marin

de Patrick Cazals (2004)

Patrick Cazals dresse dans ce film le portrait du poète René Depestre, né en 1926 à Haïti, qui raconte, avec sa verve de conteur, sa traversée du XXème siècle. Il est l'un des rares écrivains haïtiens de l'exil qui n'a pas souhaité faire le voyage de retour au pays natal après la chute de Duvalier en 1986. Il a toujours choisi de vivre "l'île tragique au loin... sans remords", peut-être afin de ne pas briser l'un de ses derniers rêves, son enfance dans la baie de Jacmel, sa ville natale.
Exilé dès 1946, il fréquente à Paris, tout en poursuivant ses études, toute l'intelligentsia française de l'après-guerre et se lie d'amitié avec des membres de la revue "Présence africaine", dont Césaire, Senghor, Glissant. Il participe aux luttes de décolonisation dans le milieu étudiant et est expulsé du territoire français. Sa vie est ensuite une succession d'exils, d'expulsions et d'emprisonnements. Pendant vingt ans, à partir de 1959, il participe activement à la vie culturelle de Cuba comme journaliste, poète, enseignant, homme de radio. Aujourd'hui, il vit retiré en France, dans un bourg des Corbières.
 

Gard - Nîmes

Carré d'Art Bibliothèque - samedi 10 novembre - 18h30

en présence de Yann Sinic et Nathalie Combe (réalisateurs) et Karin Espinosa (auteur)
Lectures d'Italo Svevo, de Claudio Magris et de Karin Espinosa

La Conscience de Svevo

de Nathalie Combe et Yann Sinic (2000)

On ne devient pas toujours écrivain par pur génie ou par un surgissement de l’inspiration. On le devient comme d’autres décident soudain de prendre la mer pour faire le tour du monde : pour connaître d’autres espaces, d’autres émotions. Pour lutter contre cette réalité étouffante où tant d’hommes naissent, vivent et meurent sans avoir imaginé que la vraie vie pouvait être ailleurs. L’histoire de Svevo est celle d’un homme ordinaire qui, à force d’efforts contre lui-même, contre les autres, contre les mots et la feuille blanche, a fini par réaliser le destin dont il rêvait. La Conscience de Svevo est l’histoire de cette lutte.
 

 Pyrenées-Orientales - Perpignan

Institut Jean Vigo - jeudi 15 novembre - 19h00
En présence d’Amélie Nothomb (auteur) et de Laureline Amanieux (auteur du film)

Séance de dédicace avec Amélie Nothomb à la libraire Torcartis (16h30-18h30) 

 Amélie Nothomb, une vie entre deux eaux
de Laureline Amanieux et Luca Chiari (2012)

Si la réussite de Nothomb frappe les yeux, la romancière n'en éprouve pas moins un sentiment de fragilité permanent, un besoin d'être continuellement sauvée. Marquée par le Japon où elle vécut sa petite enfance, puis ses années de jeune adulte, Amélie Nothomb nous déclare aujourd'hui : « le Japon m'a plusieurs fois sauvée et j'ai à nouveau besoin d'être sauvée par le Japon, qui a ce pouvoir guérisseur », même si elle ne peut déterminer sur quel plan précis. Elle a consacré à ce jour quatre romans autobiographiques au Japon sur vingt livres publiés.
A la recherche d'une renaissance personnelle et parce qu'elle désire témoigner physiquement de son soutien au Japonais, victimes de catastrophes en 2011, Amélie Nothomb renoue avec son passé. Les années vécues au Japon sont constitutives de sa personne et de sa vocation littéraire : de l'enfance paradisiaque dans un Japon traditionnel aux premières tragédies intimes, des souffrances de l'anorexie à la reconstruction de soi dans le Japon moderne, puis à travers l'écriture romanesque. Amélie Nothomb relie sa propre vie à l'Histoire de ce pays, traversée par les destructions, mais aussi par une volonté constante de reconstruction.
 

Hérault - Bédarieux

Médiathèque Max Rouquette - samedi 24 novembre - 18h30

En présence de Jean-Charles Domens (éditeur), Michel Puche (auteur et journaliste), Frédéric-Jacques Temple (auteur), Michel Vuillermet (réalisateur)

Edmond Charlot, éditeur algérois

de Michel Vuillermet (2005)

Edmond Charlot, né en Algérie en 1915, est élevé par un grand-père qui lui transmet le goût de la lecture.
En 1936, sous l’influence de Jean Grenier, son professeur de philosophie au lycée d’Alger, il ouvre sans trop de moyens une librairie au centre-ville, "Les Vraies Richesses". Le local est minuscule, mais à la vente s’ajoute bientôt une activité d’exposition, puis rapidement Edmond Charlot entreprend de publier : "Révolte dans les Asturies" (1936), "L’envers et l’endroit (1937),"Noces" (1939) d’Albert Camus, "Rondeur des jours" de Jean Giono, "Santa-Cruz" de Jean Grenier, des œuvres d’Emmanuel Roblès, de Gabriel Audisio, de Max-Pol Fouchet, de Jules Roy... "Charlot polarisait la vie intellectuelle d’Alger" et la librairie devint un lieu culturel qui attira amis et écrivains. 
Michel Vuillermet fait revivre l’éclat des "Vraies Richesses".
Edmond Charlot, centenaire, relate ces moments où "l’amitié et la culture méditerranéenne" faisaient vibrer ces jeunes intellectuels. Des scènes de la vie quotidienne à Alger, tirées d’images d’archives ou filmées aujourd’hui, accompagnent les lectures en voix-off d’extraits de textes d’Albert Camus, Gabriel Audisio, Jean Amrouche, Emmanuel Roblès, Jean Sénac...
 

Lozère - Langogne

cinéma - lundi 26 novembre - 21h

En présence de Dominique Guerrero (réalisatrice) et Serge Velay (auteur)

Jean Carrière ou l’aube retrouvée

de Laure Pradal et Dominique Guerrero (1998) 

Jean Carrière demeure, 25 ans après le prix Goncourt, l'un de nos grands écrivains contemporains. Chantre d'un Sud qu'il a, comme les grands auteurs américains, mythifié, Jean Carrière invente chaque   jour, dans l'intimité de son bureau, une terre minérale et incendiée : celle des mots. Pour la première fois, l'écrivain se livre à la caméra de jeunes réalisatrices. Ce portrait dévoile un Jean Carrière inattendu, nostalgique et rebelle, insatiable promeneur de l'aube. 

 

Partager