PML2017 : et la sélection est...

Découvrez les livres sélectionnés pour le Prix Méditerranée des Lycéens 2017 !

Le Comité de lecture du PML, réuni récemment, a désigné la liste des romans sélectionnés pour l’édition 2017 du Prix :

​-Les moissons de l’absence, de Nathalie Bénézet, éd. Chèvre feuille étoilée
-Les enfants de Toumaï, de Thomas Dietrich, éd. Albin Michel
-Les grandes et les petites choses, de Rachel Khan, éd. Anne Carrière
-Chanson douce, de Leila Slimani, éd. Gallimard
-L’enfant des naufragés, de Marie Urdialès, éd. Oskar.

Enseignants, inscrivez votre classe auprès de la Région Occitanie avant le 20 octobre 2016 :

Service livre, lecture publique et littérature orale
Tel. 04 67 22 94 57
herve.meynier@laregionlrmp.fr

La sélection 2017

Les moissons de l’absence, de Nathalie Bénézet, éd. Chèvre feuille étoilée
Un vieil homme, Ben, meurt dans le foyer de travailleurs immigrés dont il partageait la vie. Personne ne connaissait son passé pas même son ami, Aksyl. Il ne reste de lui que quelques objets et un manuscrit “Le conte des trois liquides”. Guilhem Pavel, élu au conseil municipal de Villeneuve-les-Maguelonne, a souvent enterré des SDF. Après avoir lu le manuscrit, il ne se résout pas cette fois à inhumer cet homme “comme ça, comme s’il n’avait jamais vécu”. Peu à peu, à partir des quelques effets trouvés dans la chambre de Ben, il va reconstituer le puzzle et avertir ses enfants Maud et Florian qui se découvrent le jour de l’enterrement. Avec son écriture limpide, tour à tour poétique et triviale, Nathalie Bénézet s’interroge sur l’absence, ce qu’elle contient, ce qu’elle freine, ce qu’elle fait éclore...

Nathalie Bénézet habite à Montpellier. De 16 à 24 ans elle a choisi de voyager au lieu d’aller à l’Université. De 1989 à 2007 elle a travaillé comme permanente du Mouvement ATD Quart Monde. Puis, après avoir décidé de se poser et d’écrire, elle suit des cours. Aujourd’hui, son travail de formatrice lui permet de se consacrer aussi à l’écriture.

 

Les enfants de Toumaï, de Thomas Dietrich, éd. Albin Michel
Emmanuel et Sakineh viennent tous deux du Tchad. Elle est musulmane, issue d’une famille de haut rang. Lui est un étudiant pauvre, un doux rêveur qui a troqué la foi chrétienne de sa mère pour le Petit livre rouge. Ils se rencontrent au Caire. Lui fuit son pays, pris au piège de jeux politiques, elle est l’esclave de sa sœur aînée et de son frère, et s’apprête à être mariée contre son gré. Leur amour impossible empruntera dès lors toutes les routes de l’exil, de l’injustice – notamment celle faite aux femmes – mais aussi de la foi en l’autre.
Thomas Dietrich raconte l'Afrique telle qu’il l’a connue ; différente et à mille lieues des sentiers battus, livrant un roman plein de fureur et de lyrisme.

Thomas Dietrich, 25 ans, est diplômé de Science Po Paris.
Il a vécu et travaillé dans plusieurs pays africains. Le continent noir (et en particulier la République Centrafricaine) est d'ailleurs le cadre de son premier roman, Là où la terre est rouge (Albin Michel, 2014), Prix Folire, finaliste du prix Emmanuel Roblès, du prix Senghor et du prix de la Vocation, sélectionné pour le prix Landerneau, le prix littéraire ENS Cachan, le prix du premier roman de Chambéry et le prix du jeune romancier. 

Les grandes et les petites choses, de Rachel Khan, éd. Anne Carrière
Nina Gary a 18 ans ; alors qu’elle tente de devenir une femme, elle réalise que quelque chose cloche. Entre son père gambien qui marche comme un tam-tam, son grand-père à l’accent de Popek qui boit de la vodka, entre le trop d’amour de sa mère cachée pendant la guerre, le rejet de la fac et la violence de la  rue, elle est perdue. Noire, juive, musulmane, blanche et animiste, elle en a gros sur le cœur d’être prise pour une autre, coincée dans des cases exotiques où elle ne se reconnaît pas. Alors, elle court.  
C’est la solution qu’elle a trouvée pour échapper aux injustices et fuir les a priori d’une société trop divisée pour sa construction intime. Elle fait le choix de  la vitesse pour se prouver qu’elle a un corps bien à elle et se libérer de l’histoire de ses ancêtres, trop lourde pour ses épaules. Un mouvement permanent pour s'oublier, et tout oublier de la Shoah, de l’esclavage, de la colonisation et de la reine d’Angleterre. Courir pour se perdre, s’évader, se tromper, être trompée, se blesser, se relever peut-être. Ne plus croire en rien, seulement au chronomètre et en l’avenir des 12 secondes qui vont suivre. Sentir ses muscles, pour vivre enfin l’égalité – tous égaux devant un 100 mètres, à poil face au temps. Entre les grandes et les petites choses,  c’est l’histoire de Nina Gary, une jeune fille qui court pour devenir enfin elle-même.

Née en 1976 d’un père gambien, professeur d’anglais à l’université, et d’une mère libraire, française, d’origine juive polonaise, Rachel Khan est aujourd’hui comédienne et conseillère à la culture du président de la région Île-de-France.
Athlète de haut niveau, elle a été, en 1991, championne de France du 60 mètres en salle, puis vice-championne de France du 80 mètres. En 1993, elle a intégré l’équipe de France et a gagné en 1995 le championnat de France du 4x100 mètres.
Titulaire d’un DESS droits de l’homme, droit humanitaire à Assas et d’un DEA de droit international à Paris II, elle a intégré en 2009 le cabinet de Jean-Paul Huchon en tant que conseillère à la culture.
Parallèlement, elle poursuit une carrière d’actrice. Son prochain film, Lampedusa (réalisé par Marco Pontecorvo), sera diffusé en mars 2016 sur France 2.
Les grandes et les petites choses est son premier roman.

Chanson douce, de Leila Slimani, éd. Gallimard
Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Leïla Slimani est née en 1981. Elle est l’auteur d’un premier roman très remarqué, Dans le jardin de l’ogre, paru en 2014 dans la collection blanche.

 

L’enfant des naufragés, de Marie Urdialès, éd. Oskar
Fille d’une boat-people et d’un Vietnamien, Lisa Hahn Dung, 15 ans, grandit en France. Ni sa mère, dépressive, ni son père, plutôt absent, ne lui sont d’un grand secours pour comprendre le monde qui l’entoure. Pourquoi ses parents ne vivent pas ensemble ? Pourquoi sa mère est-elle sujette à de véritables crises de bipolarité ? Pourquoi les immigrés arrivent-ils à être racistes alors qu’ils souffrent eux-mêmes du regard des autres ? Comment peut-elle se faire accepter comme une ado comme les autres ? Seule Julie, son amie vietnamo-africaine, et Halima, la mère d’une copine, la comprennent et la réconfortent. Jusqu’au jour où…

Marie Urdiales vit à Montpellier. Elle passe sa petite enfance dans des lieux aussi exotiques qu’Antibes, Tahiti, ou encore le port de Brest. Puis la famille s’installe en Allemagne où elle ressent la difficulté d’être étrangère. Après des études à Hambourg et une maîtrise passée en Espagne. Elle revient en France où elle devient journaliste indépendante pour la presse allemande. Elle est auteure dans le domaine scolaire pour la maison d’édition Klett (Stuttgart). Les voyages, la double culture, la notion « d’étranger » sont restés au centre de sa vie et de son travail. Elle signe son premier roman chez Oskar.

Le Prix Méditerranée des Lycéens

Organisé par la Région, le Centre Méditerranéen de Littérature, Languedoc-Roussillon livre et lecture, en partenariat avec le Rectorat, le réseau Canopé de l'académie de Montpellier ainsi que la Caisse d'Epargne Languedoc-Roussillon, le Prix Méditerranée des Lycéens (PML) est décerné chaque année par un jury de lycéens à un auteur francophone de premier ou second roman.
 
Parmi les 5 romans sélectionnés, le Comité de lecture choisit au moins un ouvrage écrit par un auteur de la région ou publié par un éditeur de la région. Pour cette édition 2017, les lycéens découvriront le premier roman de Marie Urdiales, journaliste indépendante à Montpellier, ainsi que celui de Nathalie Bénézet, formatrice vivant aussi à Montpellier et publiée aux éditions montpelliéraine Chèvre feuille étoilée.
 
Les ouvrages commandés auprès des librairies de l'Occitanie seront livrés en décembre 2016 dans les lycées. Les élèves, quant à eux, rencontreront les 5 auteurs en début d’année 2017, ils voteront ensuite en mars pour leur roman préféré et rencontreront le ou la lauréat(e) en mai. 
 
 
Partager