La lente féminisation des professions culturelles

La collection "Culture études" du DEPS vient de mettre en ligne cette étude de Marie Gouyon, Frédérique Patureau, Gwendoline Volat sur la féminisation des métiers dans la culture. On y notera que presque tous les métiers fortement masculins au début des années 1990 comme les métiers d'art, les architectes et les photographes, par exemple, se sont ouverts aux femmes. Mais si la part des femmes y est passée de 39% à 43% de 1991 à 2013, elle demeure inférieure à la moyenne nationale qui atteint 48% de l'ensemble des professions.

Il s'agit, dans cette étude, de prendre la mesure statistique de la progression du mouvement de féminisation au sein d'un ensemble défini de professions culturelles sur vingt ans et d'en dresser les principales caractéristiques.

On peut noter par exemple que "Chez les techniciens des spectacles, où la part des femmes est modeste et le demeure au cours de la période (entre 25 % et 30 %), l'écart de niveau de diplôme en faveur des femmes s'accroît fortement : on compte 7 % de diplômés de niveau bac + 3 et plus dans ces métiers en 1991, mais 16 % des femmes et 5 % seulement des hommes ; 21 % en 2013, mais 33 % des femmes et moitié moins d'hommes (17 %)."

Source : DEPS - Département des études, de la prospection et des statistiques - Novembre 2016.

Feuilleter l'étude sur le site du COREPS

Téléchargez la synthèse de l'étude

 
Partager