Episode 1 : Pénélope arrive à Los Angeles

Los Angeles, Venice Beach,
Octobre 2016

Les heures sont des perles qu'il ne faudrait ni faire tomber par inadvertance, ni trop s'y attacher de sorte qu'un collier se fabrique d'une à une, tel un cavalier émerveillé aussi heureux qu'un rêve qui chevauche le matin, puis s'enfonce dans une mémoire mousseuse.

Mon regard pencherait sur le décor d'un musée en plein air. Un musée de rues droites et quadrillées, d'où s'élancent en ponctuation des plantes comme en Egypte. Les phoenix ou palmiers, symboles de victoire, aux troncs droits striés de minuscules lignes, disposés d'écailles végétales, nattés et ciselés de plus en plus finement vers le ciel, toujours bien arrangés, et coiffés de larges feuilles vertes qu'on aurait découpé en lanières aux ciseaux, et qui se balancent. Froufrou cajôleur sur écran géant led bleu.
Tiens ! Une équipe de cinéma se plante sur le boulevard !

A ciel ouvert, un autre théâtre wrombit. Oiseaux de plumes luisantes, noires souvent, oiseaux de ferraille bruissante au dessus, et quelques hélicoptères en mission glissant dans l'atmosphère, échappant à toute emprise, machines impératrices se croisant dans toutes les directions.

La mer, fraîche pour la saison, loin après l'immense étendue de sable, me regarde bien mieux que je ne le fais. Elle sait tout de moi. A ma démarche nonchalante, elle m'observe en taquinant de petits rouleaux innofensifs. En regagnant ma chambre, et en foulant le sable pieds nus, un minuscule coeur en coquillage me fait signe. Autour de moi une marée de gens bruyants, qui s'éclaboussent d'inconscience et qui semblent heureux.

My name is Pénélope. J'ai un vélo qui court bien. Il est indispensable, tant les distances sont immenses. J'apprends la ville et ses codes. Je repère les merceries, et les marchands de fournitures pour dessiner. Bâtir ma toile, le visage de ma toile, et tous les non dits dans les petites choses du quotidien, pour me souvenir de toi Odyseuss, dans le temple de mon coeur.

L'Odyssée : un exil, un voyage

Dans le cadre du partenariat avec Réseau en scène LR autour du projet européen Meeting the Odyssee en 2015, nous avions entrepris de nombreuses actions littéraires autour de cette thématique : rencontres littéraires dans le cadre de Partir en livre, thématiques des opérations scolaires Auteurs au lycée et Auteurs au collège dans l'Aude...

Emma Shulman, poète et plasticienne vivant à Sauve, a réalisé l'année dernière une performance aux Salins de Gruissan : La Vague. Depuis octobre, en partenariat avec l'Institut Français, elle est accueillie en résidence à Los Angeles pendant un an dans le but de concevoir de nouvelles création mêlant textile, broderie et poésie. Emma est bien entendu brodeuse et elle a décidé de s'exiler de sa terre languedocienne sans attendre Ulysse.

Nous lui avons commandé une série de 3 épisodes retraçant sa résidence, que nous diffuserons sur notre site.

Voir les photos et la vidéo de la performance 2015 La Vague

 

 

 
Javascript is required to view this map.
Partager