3 acteurs de la région sélectionnés pour le Prix Wepler !

Affiche du prix

Le Prix Wepler — Fondation La Poste 2017 dévoile sa liste d’auteurs sélectionnés pour sa 20e édition !

Treize auteurs nominés qui seront encouragés par un mécénat financier de 10 000 euros pour le Prix et 3 000 euros pour « la mention spéciale » grâce à la Fondation La Poste, la brasserie Wepler et la librairie des Abbesses.

La remise se fera à la brasserie Wepler, le 13 novembre prochain.

Yves Flanck et les éditions Verdier sont en lice ! à découvrir...

La sélection

Michèle Audin, Comme une rivière bleue, Paris 1871, L’arbalète/Gallimard
Joël Baqué, La fonte des glaces, P.O.L
Lutz Bassmann, Black Village, Verdier
Jean-François Billeter, Une rencontre à Pékin/Une autre Aurélia, Allia
Yves FlankTransport, L’antilope
Anne Godard, Une chance folle, Minuit
Yannick Haenel, Tiens ferme ta couronne, Gallimard
Jimmy Lévy, Petites reines, Le cherche midi
Julie Mazzieri, La Bosco, Editions Corti
Ariane Monnier, Le presbytère, JC Lattès
Gaël OctaviaLa fin de Mame baby, Continents noirs/Gallimard. Gaël Octavia est aussi dramaturge associée de la Compagnie Fractal Julia implantée à Caunes-Minervois (11). 
Guillaume Poix, Les fils conducteurs, Verticales
Thomas Vinau, Le camp des autres, Alma éditeur

 Black village, des éditions Verdier

« Un moment, pour nous, cela pouvait représenter plusieurs minutes, ou quelques semaines, ou encore nettement plus. »

Tassili, Goodmann et Myriam. Deux hommes et une femme en guenilles, anciens poètes, anciens membres du service Action qui se connaissent à peine. Ils cheminent dans l’obscurité qui suit leur décès. La route est interminable et monotone. Ils doivent apprendre à marcher ensemble dans ce monde sans lumière où ils affrontent non seulement les ténèbres, mais aussi des bizarreries du temps, car celui-ci ne s’écoule pas de façon familière. Il s’étire ou se rétrécit, mais surtout il s’interrompt, il « n’aboutit pas ». Pour essayer de poser des repères dans la durée de leur voyage, ils se racontent des histoires. Ils aimeraient que les récits qu’ils inventent se gravent dans leurs mémoires et dessinent peu à peu un calendrier et des souvenirs qui accompagneraient leur progression vers la fin. Or, quel que puisse être le contenu de leurs histoires – aventures trépidantes, violence, vengeance, rêves, missions criminelles, explorations fantastiques –, tout s’interrompt en plein cœur de l’action. Les images naissent, couleurs et anecdotes flamboient, mais soudain une force mystérieuse intervient et cisaille impitoyablement la narration. De nouveau et en un instant, le noir se fait. Les narrats deviennent des interruptats, le roman devient une chambre d’échos.

Quant à Tassili, Goodmann et Myriam, ils poursuivent leur longue marche sans savoir si un jour ils vont s’éteindre, ni si l’extinction durera le temps d’un claquement de doigts, ou mille ans.

Yves Flank est né à Paris en 1949. Il vit dans un village de la région de Montpellier. Après avoir longtemps été ingénieur, il est devenu comédien.

Transport est son premier roman : Dans un wagon vers l’inéluctable, se croisent les pensées de l’homme brun et de la femme rousse. L’homme brun donne à entendre, à voir, à sentir ce qui s’y passe. La femme rousse revit la passion amoureuse qu’elle chante dans sa tête. Elle appelle son grand amour au secours. 

 
Partager