PEIRAS BRUNO


181, avenue Leclerc

11000 CARCASSONNE
Tél : 04.68.71.08.22
Email : peyras.iscla@wanadoo.fr
Activité : Auteur
Genre(s) : Poésie, Région Languedoc-Roussillon, Roman, nouvelle
Biographie :
Je suis né à Quilhan* en 1960, petite enfance à Prat-de-Cest (Aude). Mes grands parents maternels, à Narbonne, utilisaient l’occitan au quotidien à la maison et avaient appris le français à l’école, comme tous les occitans de cette génération.
A l’adolescence, à Carcassonne, découverte éblouie grâce à Claude Marti de la poésie et de la chanson occitane de ces années-là : ce qui n’était qu’un « patois » devient une parole et un Païs qu’il faut libérer, un « Païs que vol viure », une patrie à décoloniser : l’Occitanie.
Je fais des études à Toulouse et Montpellier et deviens agronome, peut-être à cause d’un grand père jardinier qui me dit sur son lit de mort « te ba caldrà parlar tot lo temps » (l’Occitan, tu devras le parler tout le temps ).
Depuis, l’aventure continue.
Comme Cioran, j’habite le pays de ma langue : ma patrie, c’est cela et rien d’autre.
J’ai 3 enfants. Les plus petites, Myriam et Leïla, vont à la Calandreta de Carcassonne et parlent Occitan. Mon aîné, Quentin, va commencer une licence d’Occitan à la Fac de Montpellier.

* Quilhan = Quillan . On dit en jouant sur les mots : Quilhan ? quilham quand podèm ! (nous bandons quand nous pouvons !)

Crédits photographiques : Boyer, l'Indépendant

Bibliographie non exhaustive :
Dòna Carcàs 1, éd. IEO-Vendémias, 2011 (nouvelles et poèmes).
Paraulas de 36 colors, éd. IEO-Vendémias, 2007 (nouvelles et poèmes).
Contes de l’Òme pichon, éd. IEO-Vendémias, 1999 (nouvelles).
Les Oxitans, sous le pseudonyme de Josèp Ademar, éd. IEO-Vendémias, 1990 (nouvelle).

Extrait :
Se mainèron qu’avián pas encara tocat al cap de las possibilitats del web quand un, que dialogava per mail amb un autre que demorava de l’autre costat de la planeta, se trachèt que son interlocutor èra mòrt. E praquò, respondiá. Los primièrs còps qu’aquò advenguèt, se creguèt qu’èra una mena novèla de virús, o de piratatge informatic, qu’aquí darrièr i aviá de segur un, e mai benlèu tota una còlha, de piratas ocupats a desvirar e utilisar las adreiças electronicas de defuntats recents, per de tot segur sostirar d’argent a la familha o als amics. Lancèron los informaticians mai aluserpits sus aquela pista.
E praquò totas las recèrcas capitèron sus pas res.

De detalhs curiosis, lo fait que l’interlocutor « fantaume » èra al fial d’un fum de causas pichonas de la vida anteriora del defuntat, o que reagissiá exactament coma ba comandava lo caractèr d’aqueste, menèron un brave jorn a se mainar qu’aquela comunicacion per tant virtuala que siaguèsse se fasiá ambe lo defuntat vertadièr, o al mens amb un dels sius « avatars » que li semblava mai que tot.
Lo web aviá fait espetar lo limit ancestral entre los vius e los mòrts.