GAVIGNAUD-FONTAINE GENEVIÈVE


12 ter rue Ferdinand Fabre

34090 MONTPELLIER
Tél : 04.67.72.12.12
Email : genevieve.fontaine@univ-montp3.fr
Activité : Auteur
Genre(s) : Région Languedoc-Roussillon
Biographie :
Geneviève Gavignaud-Fontaine est historienne, professeur des universités émérite. Diplômée de l’université de Montpellier (1965-69), agrégée d’histoire (1970), docteur ès lettres et sciences humaines de l’université Paris I Panthéon-Sorbonne (doctorat d’État ès lettres et sciences humaines, 1980), elle a été Professeur des Universités - classe exceptionnelle - à Montpellier où s’est déroulée sa carrière (1975-2015). Elle a été invitée à enseigner aux États-Unis (1980-81) où elle a forgé le concept de « Révolution Rurale »; membre d’équipes de recherche montpelliéraines, parisiennes et européennes, elle a participé à de nombreux colloques internationaux, publié des articles en diverses langues.
Le professeur Gavignaud-Fontaine est l’autrice d’une vingtaine de livres.
Ceux qui concernent le Languedoc et le Roussillon retracent l’histoire du plus grand vignoble du monde : propriété des terres, marchés et prix des vins, associations professionnelles, rapports à l’État et à l’Europe, combats vignerons, traditions qualitatives des terroirs…
Les mutations de la société rurale occidentale (française, européenne, américaine) constituent un deuxième ensemble de publications. Différenciée de la Révolution Agricole qu’elle englobe, la Révolution Rurale est appréhendée comme rupture dans l’histoire économique, sociale et culturelle du rapport à la terre.
De persévérantes études de terrain ont conduit l’auteur à confronter aux pensées économiques et sociales les faits analysés dans le temps long du vécu. Et celui-ci fait davantage résonner la doctrine chrétienne que les idéologies contemporaines; renvoyant à saint Thomas d’Aquin et Aristote, la dernière publication en date (2017) traite de l’urgence à répondre à l’impératif de justice dans les relations économiques.
Attentive aux causes profondes des faits analysés, l’historienne met la connaissance du passé au service de la compréhension du présent; de publication en publication, sans contradiction de fond ni de surface, la pensée chemine de l’histoire à la philosophie morale.

Crédits photographiques : DR.

Bibliographie non exhaustive :
Justice dans les relations économiques et justice sociale : sources morales, ruptures historiques, éd. Les Indes savantes, 2016 (essai).
Marchés sans justice ne laissent que ruines sociales, éd. La Boutique de l’Histoire, 2012 (essai).
Terroirs et marchés du vin. 1907-2007, un siècle de crises en Languedoc-Roussillon, éd. PULM, 2012 (essai).
Les Catholiques et l’économie-sociale en France, XIX-XXème siècle, éd. La Boutique de l’Histoire, 2011 (essai).
Saint-Paul et les Fenouillèdes. Les racines de leur Histoire, éd. Orpèges, 2011 (essai).
Considérations économiques chrétiennes de saint Paul aux temps actuels, éd. La Boutique de l’Histoire, 2009 (essai).
Villageois sans agriculture ! Observations sur les mutations du monde rural contemporain, éd. PULM, 2007 (essai).
Le Vin en Languedoc et en Roussillon, de la tradition aux mondialisations, 16-21e siècle, coauteur Gilbert Larguier, éd. Trabucaïre, 2007 (essai).
Le Languedoc viticole, la Méditerranée et l’Europe au siècle dernier (XXème), éd. PULM, 2000, 2006 (essai).
Vignerons, histoire languedocienne et roussillonnaise, éd. PULM, 2005 (essai).
Propriété et société rurale en Europe, les doctrines à l’épreuve de l’histoire sociale française (années 1780-1920), éd. Les Editions du Temps, 2005 (essai).
Vignobles du Sud, XVI-XXèmes siècle, Actes du colloque du Centre d’Histoire moderne et contemporaine de l’Europe méditerranéenne et de ses périphéries, coauteur Henri Michel, éd. PULM, 2003 (essai).
Caractères historiques du vignoble en Languedoc et Roussillon, éd. PULM, 1997 (essai).
La Révolution rurale dans la France contemporaine, XVIII-XXème siècle, éd. L’Harmattan, 1996 (essai).
La Révolution et l’Empire, coauteur Robert Laurent, in L’Hérault, de la préhistoire à nos jours, Histoire des départements de France, direction Gérard Cholvy, éd. Bordessoules, 1993 (essai).
Civilisations populaires du Languedoc et du Roussillon, direction G. Cholvy, éd. Le Coteau, 1982, 1991 (essai).
Les Campagnes en France, tomme II, le XXème siècle, éd. Ophrys, 1990 (essai).
Les Campagnes en France, tomme I, le XIXème siècle, éd. Ophrys, 1990 (essai).
La Révolution française dans le Languedoc méditerranéen, coauteur Robert Laurent éd. Privat, 1987 (essai).
La Révolution rurale. Essai à partir du cas américain (U.S.A.), éd. Le Coteau, 1983 (essai).
Propriétaires-viticulteurs en Roussillon. Structures, conjonctures, société, XVIII-XXème siècle, 2 tomes, éd. Publications de la Sorbonne, 1983 (essai).

Extrait :
La vigne et le vin sont l’une des composantes importantes de la civilisation méditerranéenne. Le vignoble du Languedoc et du Roussillon s’inscrit dans le droit fil de l’héritage antique, celui de l’Orient, de la Grèce et de Rome; présenté à l’échelle bimillénaire, il exprime de fortes spécificités. Depuis 1830, celui qui était l’un des plus anciens vignobles d’Europe est devenu le plus vaste du monde ; il compte aujourd’hui (2012), et au terme d’intenses arrachages depuis un quart de siècle, moins de 240 000 hectares.
Depuis longtemps, les vignerons sont ici des propriétaires organisés à la faveur d’un puissant courant associationniste tissé avant et après la 1ère Guerre Mondiale. Syndicats, caves coopératives, caisses de crédit agricole et caisses d’assurances mutuelles font ressortir, par-delà les réseaux constitués et jusqu’aux années 1970, l’enracinement professionnel de tout une population villageoise. Ses rescapés se montrent fiers de leurs terres patrimoniales, les terroirs, véritables chefs-d’œuvre de savoir-faire sur la base de particularismes naturels, patiemment étalés entre monts et rivages comme sur la palette d’un peintre.
Vendeurs sur les marchés dont dépend leur existence, les producteurs de vin ont été très tôt confrontés aux réalités du commerce et à ses dysfonctionnements récurrents -concurrence, fraudes, chute des prix. Tant qu’ils eurent le sens de l’État et de ses devoirs, les vignerons se sont adressés à leurs Parlementaires pour obtenir satisfaction dans leur lutte contre la fraude (1907), le bas prix du vin (années 1930); ils se sont révoltés contre les décisions prises à Bruxelles (1976). Alors que bon nombre de lois et de décrets témoignent tout au long du vingtième siècle d’un rapport au politique oscillant entre colère et espoir, l’Union Européenne et l’Organisation Mondiale du Commerce ont fait rompre avec ces pratiques. Aujourd’hui, la riche histoire vigneronne du Midi est remise en question, au nom du chacun pour soi, et en vue du plus grand profit.
18 ouvrages sont rattachés à cet auteur.
Voir toutes les publications de cet auteur